COMMENT RELANCER LE COMMERCE DE CENTRE VILLE !

   Cette étude, réflexion, analyse débutée en juin 2018 a pour but d'interpeller les commerçants des centres villes, les élus, les associations, les pouvoirs publics
   Un taux réduit de TVA sous certaines conditions pourrait freiner l'incessante augmentation des commerces vacants de centre villes en France. (Ph Ferrari)  


Le 31/06/2018 : Première Partie 
     

     Face au E-commerce qui connaît une augmentation à deux chiffres, instaurer un principe de précaution
     en matière de pollution automobile dans les centres villes devient indispensable et urgent ! 

 " Inciter les retraits en magasin plutôt que les livraisons à domicile  " 


                                                       AMAZON + 40% en décembre 2018 ! Qui dit mieux...
 

Un des problèmes que connaît les commerces des centres villes est " Les achats sur internet " qui se développent depuis environ 5/10 ans avec une progression
à deux chiffres. Tous les faiseurs internet du style Amazon, CDiscount etc... pour ne citer qu'eux, font en sorte de faciliter l'achat, livraisons gratuites à domicile ou en point relais avec des délais de plus en plus courts, les retours gratuits etc... 
Et on nous parle d'écologie !!! Acheter en magasin devient " Dépassé " pourquoi se déplacer alors que l'on vous livre chez vous dans l'heure ou le jour même. Depuis que les achats en ligne ont pris le dessus, le commerce de centre ville en France connaît une baisse d'environ 10 à 15 % par an ! Si rien n'est fait dans un avenir proche, cela deviendra catastrophique.

- QUE FAIRE ? On entend il faut taxer les GAFAS pourquoi pas, celà ne me paraît pas logique ni équitable, ce sont à la base des commerçants comme les autres !
On nous dit " Ils ne paient pas d'impots " Ok ! Qu'ils utilisent l'optimisation fiscale est un autre problème...


- QUE FAIRE ? Pour inverser la vapeur ! Il faudrait mettre en place un Principe de précaution quant à la circulation automobile dans les centres villes avec une population dense ou très dense (voir :
 http://www.ville-pontarlier.fr/uploads/elfinder/Urbanisme/plan-10000.pdf zonages UA UB UC UD de la ville de Pontarlier) 

   QUAND ON SAIT  que 80 % de la population est urbaine, que ce pourcentage augmente d'environ 1% par an, il y a vraiment du souci à se faire ! Sachant que les achats sur internet passés en masse par les consommateurs résidants en centre ville sont en pleine progression, si dans 5 à 10 ans on ne contrôle pas cette fuite en avant, la circulation automobile donc la pollution dans les centres villes sera extrêment difficile à gérer ! Pour ne pas en arriver là, il serait judicieux de protéger les centres villes contre la multiplication des livraisons à domicile internet qui vont devenir monnaie courante.

Compte tenu de la progression alarmante des commerces vacants, l'application d'un taux réduit de 10 % pour les centres villes et sous certaines conditions serait un véritable  ELECTRO CHOC !  

Il est anormal qu'une commande passée sur internet
avec livraison à domicule en centre ville soit au même prix qu'un retrait en magasin ! Augmenter le coût de la livraison à domicile par des taxes est un choix qui n'est pas bon ! Par contre" INCITER " l'internaute à faire des commandes avec retrait en magasin donc moins polluant est plus logique " Que le client internaute devienne un consommateur écologiste responsable " dans notre proposition et pour inciter le client à opter pour le retrait en magasin plus écologique, il faudrait qu'il y ait une différence de prix substantielle d'environ 10% en faveur du retrait en magasin. En grande partie les biens commandés sur internet étant de grande consommation (habits, articles ménagers etc..) un taux de TVA de 20% est appliqué, passer à un taux réduit de 10% serait judicieux. En jeu, la fermeture à court et moyen terme d'environ 50 000 à 100 000 commerces de centre ville ceci sur toute la France.

                                                      Les différentes possibilités de livraisons généralement constatées sur internet !
                                                      1 - A domicile : La moins écologique ! Et pourtant la plus utilisée...
                                                      2 - Points Relais : idem   
                                                      3 - Retrait en magasin : La plus écologique ! Et pourtant la moins utilisée...

 

               Protéger les centres villes contre l'augmentation de la circulation automobile donc contre la pollution  

En incitant les retraits en magasin par rapport aux points retraits et aux livraisons à domicile, des répercussions en découleront pour le commerce de centre ville qui en a bien besoin ! Cela permettrait également de ré-équilibrer ce dernier par rapport aux zones commerciales qui ne manquent pas en France.

La double, triple, voire quadruple peine pour le commerce de centre ville ! La concurrence d'internet et des zones commerciales, le stationnement et prochainement pour finir la pollution principalement due à la circulation automobile et aux livraisons à domicile qui vont se généraliser !
 


 

Le 15/03/2019 : Deuxième Partie

         5% 10% 20% 25 % depuis 10 ans le taux de commerces vacants en centre ville en France ne cesse
         d'augmenter certaines villes s'en sortent mieux que d'autres : tourisme, situation géographique etc ...

 

                 " Quelles mesures vont prendre les législateurs  "
 

                          GAP 5 % - PONTARLIER 9 % - LORIENT 13,30 % - TROYES 25 % -  GUERET  26 %  etc ...  

Quelles mesures vont prendre les législateurs pour inverser la tendance ? En premier les députés ont acté le 9 novembre 2018 la disparition du FISAC (fonds d'intervention
pour les services, l'artisanat et le commerce). L'ANCT (Action de soutien à l'artisant et au commerce) n'étant 
pas opérationnelle avant 2020 et Action coeur de ville qui ne concerne qu'une liste resteinte de villes donc ?  

Depuis les années 80, le commerce de centre ville à été confronté au développement des zones commerciales, au problème de stationnement et depuis environ 10 ans à la concurrence d'internet ! Malgré la présence sur le terrain et le travail quasi quotidien d'acteurs locaux, d'élus, d'associations etc... Les chiffres sont là !  Mathématiquement
il va encore connaître une concurrence supplémentaire de la part des grandes surfaces et zones commerciales (CDiscount, Fnac etc...) un petit exemple 
qui va se généraliser " Cultura " (allez un peu de pub gratuite) depuis quelques années on peut au travers de la plate forme nationale commander en ligne et avoir un retrait dans un de leurs magasins. Il en découlera certainement une forte de demande d'agrandissement de ces grandes surfaces.(CDAC).

TVA  Compte tenu de la progression alarmante des commerces vacants, l'application d'un taux réduit de 10 % pour les centres villes et sous certaines conditions serait un véritable  ELECTRO CHOC ! 

NOUVEAU ! En cliquant sur ce lien https://www.ferrari-music.fr vous serez redirigé sur le premier site qui privilégie l'écologie, sa particularité 3 formules d'achat :  
F1 : Vente en magasin (Classique) au niveau de la  TVA rien ne changerait.
F2 : Vente en ligne avec retrait en magasin cette formule serait celle concernée par un taux réduit de TVA avec " F1 c'est la formule la plus écologique "
F3 : Vente en ligne avec livraison à domicile
 au niveau de la TVA rien ne changerait " la  solution la moins écologique ! Et pourtant la plus utilisée "

le 29/03/2019
Passons aux chiffres, si on fait la moyenne des 5 chiffres suivants  GAP 5 % - PONTARLIER 9 % - LORIENT 13,30 % - TROYES 25 % -  GUERET  26 %  on arrive à 15,60 % sachant qu'il y a environ 600 000 commerces de centre ville en France, cela fait 93 600 commerces vacants. Retirons 25 % pour être en dessous de la réalité ! Nous resterons sur le chiffre de 70 000 pour simplifier la suite des calculs... Dans une prochaine mise à jour, on assaiera de quantifier 
l'incidence négative de ces commerces vacants : CFE (Contribution foncière des entreprises), collecte de TVA et autres taxes, loyers, incidence sur les autres commerces, assurance, électricité, cession de commerce, frais de notaire, plus values, cotisations employeur & salarié, liquidation judiçiaire etc... en ce qui concerne l'emploi, surtout les licenciements chacun peut se faire sa propre opinion !

Deux simples calculs *
- Un commerce de centre ville réalisant 75 000 € de chiffre d'affaire annuel collecte 15 000 € de TVA, si nous faisons la multiplication par 70 000 cela fait 1,050 millard d'€.
- Logiquement, vu que ce petit commerce est fermé il ne se vendra pas ! Donc il n'y aura pas de cession, généralement un commerce similaire pourrait être cédé pour la somme de 15/20 voire 30 000 €, prenons la chiffre le plus bas soit 15 000 €, faisons la multiplication par 70 000 cela fait encore et toujours 1,050 millard d'€. (sans compter les frais de notaire, plus values etc...)

La liste est longue ! Assurance, électricité, incidence sur les autres commerces, cotisations employeur & salarié, licenciements, liquidations judiçiares etc...
Je ne pense pas trop m'avancer en tablant sur 5 millards d'€ par an ! Si on multiplie ce chiffre par 5 (le nombre d'années où les centres villes connaissent 
cette problématique de commerces vacants) on arrive à 25 Millards d'€. Imaginons ce qu'il va en être, dans les prochaines années, si rien n'est fait ? Chacun
peut facilement se faire sa propre idée. J'entends depuis 1 an environ, que les commerces de centre ville de style franchisés sont également touchés, environ 
15 % de baisse en 2018, cette dernière pourraît faire exploser les chiffres précédents ! 
 
                                   
La SOLUTION ! Un taux réduit de de TVA à 10 % pour les centres villes, sous certaines conditions !  

le 31/03/2019 : 
Pour que ce taux réduit de TVA à 10% pour les commerces de centres villes soit mis en place sur toute la France il faudrait bien sûr que le législateur s'en occupe, quoi qu'il en soit il faudrait 1,2 voire 3 ans pour qu'il soit présenté, adopté et promulgué. 
Que faire pendant ce temps ?


   Basée sur un Principe de précaution cette étude, réflexion ou analyse pourraît s'appliquer logiquement à toutes les villes de France.
 

   Cette étude, réflexion, analyse débutée en juin 2018 a pour but d'interpeller les commerçants des centres villes, les élus, les associations, les pouvoirs publics
   Un taux réduit de TVA sous certaines conditions pourrait freiner l'incessante augmentation des commerces vacants de centre villes en France. (Ph Ferrari)  

https://www.strasbourg.eu/nouvelles-regles-de-livraison-au-centre-ville
http://www.canal32.fr/thematiques/economie/sujet/action-commerces-troyes-du-22-septembre-2016.html https://www.lamontagne.fr/gueret/economie/commerce-artisanat/2017/12/30/redynamisation-du-centre-ville-pour-beneficier-de-financements-gueret-doit-proposer-un-projet-solide_12685820.html 
* Tous les chiffres annoncés sont donnés à titre indicatif