< Retour

Bio Mak Guelwar

31270 Toulouse

Bio Mak Guelwar

Clément est sénégalais, il vit et étudie à Auch. Au printemps 2007, il rencontre Simon, un bigourdan qui revient du Sénégal. Tous les deux ont une passion commune pour la musique et le chant. Leur amitié marque le point de départ de MAKG.

Clément a appris à chanter dans les églises chrétiennes de Dakar et c’est un de ses grands frères qui lui a enseigné les rudiments de la guitare.

Simon quant à lui, a grandi aux sons de la chanson française, du reggae et du hip-hop qu’il découvre adolescent alors qu’il pratique le dessin et  s’intéresse aux spectacles vivants. A 20 ans, il ne résiste pas à l’envie d’aller poser ses textes dans des sound systems de Toulouse.

Hiver 2008, Simon retourne au Sénégal, hébergé à Grand Yoff par la famille de Clément. Il enregistre un album avec des artistes sénégalais et avec Paul Ernest Sambou alias Bugz, un music maker Dakarois. A son retour, les deux acolytes décident de collaborer ensemble. Ils chantent et réécrivent leurs textes sur des musiques improvisées, au style nayambigui, folk et reggae. Ils sont rejoints d’abord par Steeve à la basse et à la percussion, puis par Mathieu alias Shakey Mat, un ami harmoniciste de Blues.

C’est à cette période qu’ils commencent à façonner leur identité musicale, de la « variété roots sénégauloise ».

Le français, le wolof et l’harmonica dialoguent à trois, chacun prenant sa place avec ses textes et ses mélodies, accompagnés par la guitare de Clément et la basse ou la percussion de Steeve.

En 2009, ils forment le groupe MC SERGENT AK GUELWAR, pseudonymes respectifs de Simon[1] et de Clément[2]. Ils jouent avec des batteurs intérimaires pendant deux ans, ils rencontrent Eddy un pianiste expérimenté et proposent à Djibril, un danseur qui les accompagne, d’assurer les percussions. Le groupe est parfois accompagné par une guitare lead.

Ensemble ils réarrangent une douzaine de leurs compositions aux influences reggae, hip-hop et folk dont les thèmes sont inspirés d’histoires autobiographiques. Mc Sergent et Guelwar y parlent de leurs indignations mais aussi de leurs espoirs face aux injustices sociales. Ils effectuent leurs premiers concerts l’été 2009.

Durant l’hiver Simon, Clément, Djibril et Mathieu séjournent un mois au Sénégal où ils jouent en acoustique, chez l’habitant, au Café des Arts de Thiès et au théâtre Daniel Sorano de Dakar !

A leur retour ils créent l’association TOULANGA DIFFUSION[3] avec laquelle ils produisent quatre titres fin 2010 qu’ils diffusent sur internet et à leurs concerts.En deux ans, MC SERGENT AK GUELWAR a effectué plusieurs concerts en région Midi-Pyrénées, dans des soirées privées, pour des associations, des comités des fêtes, dans des bars, des festivals et des salles de musiques actuelles[4]. L’accueil du public est toujours chaleureux et encourageant. Le groupe veut faire plus de scènes et continuer à composer, mais le turn-over de batteurs freine sa progression.

Au printemps 2011 le groupe se stabilise enfin, avec l’arrivée de Laurent leur batteur et grâce au soutien de la MJC des Ponts Jumeaux de Toulouse et du Pôle musical BE ACOUSTIC de Tournefeuille. Ils offrent au groupe des moyens de répétition et font la promotion de sa musique ainsi que de TOULANGA DIFFUSION.

MC SERGENT AK GUELWAR change de nom et devient MAKG[5]. Le groupe compose et arrange des morceaux. En 2013, il enregistre son premier album[6] « Demain est dans nos mains » au studio associatif WOODIE avec Sébastien à la technique. L’album est mixé et masterisé par Bugz au studio  DJIDJACK MUSIC de Dakar. Début 2015, après plusieurs concerts et un clip vidéo, MAKG s’exporte pour une tournée locale  au Sénégal afin de partager ses influences à Dakar et à Thiès.

Après cinq années à son actif, c’est la fin d’un cycle à sept avec le départ de Mathieu et Simon pour d’autres projets musicaux. Le groupe devient alors MAK Guelwar et s’appuie fortement sur les influences et les sonorités du chanteur Clément.

Avec deux belles années de créations, de concerts et d’expérience, le groupe enregistre un nouveau clip et confirme son élan de part les propositions musicales. Après le Bikini de Toulouse, le groupe souhaite aller plus loin, en France, et dans tous les projets. Ils intègrent Franck à la basse suite au départ de Steeve en 2017.

Clément, Laurent, Eddy, Djibril et Franck, ces hommes, ces amis, ces artistes décident alors de consolider leur expérience à cinq en s’attaquant aux Festivals régionaux et en préparant le prochain album…prévu pour 2018.

 

[1] Il tourne en dérision les railleries sur son nom de famille,

[2] En référence à ses origines sérères

[3] Association loi 1901 qui vise à promouvoir les prestations musicales du groupe (concerts) et de ses membres (cours de musique) ainsi que le développement d’actions culturelles et solidaires au Sénégal.

[4] Le cri de la mouette (31), Cri ‘art (32), Festival Wassa’n Africa (31), l’Espace Job (31), Les Musicales de Treilles (11), Festival des arts de rue de Saint Lys, Les fêtes de la musique, Comités des Fêtes de Trespous, Montricoux…

[5] Contraction de Mc Sergent ak Guelwar

[6] Huit titres + 1 Bonus track