The Absence

Voir la Candidature complète Voir la Page Perso

La rencontre Notre rencontre date de l’adolescence passée dans une petite bourgade du centre de la France, appelons la Nevers pour la circonstance. Chacun atterrit là un peu par hasard, moi “descendant” de Paris, Gary d’Angleterre. Ces villes de province (bleak comme Gary les décrit justement) sont, dans leur sommeil, d’énergiques pépinières musicales. Nous commençons à jouer ensemble durant les années 90, quelques concerts et puis …. Nos chemins divergent quelque temps et nous nous retrouvons autour d’un nouveau projet musical à Lyon durant l’été 2003. Le nom The Absence viendra plus tard mais les principes de bases étaient posés. Des morceaux courts, simples, une promenade dans nos univers respectifs. Une synthèse digérée de notre culture auditive autant musicale, cinématographique que littéraire. Nous privilégions la sensation et l’image plus que le discours. Pop Ce terme indique que notre musique prend appui sur la culture populaire de son temps, sans que celle-ci réponde nécessairement à des critères de styles particuliers. C’est à partir de ce principe que nous essayons de mettre en évidence l’influence que peut avoir la publicité, les magazines, les bande dessinées, le cinéma, et la télévision sur nos décisions de consommateurs, d’auditeurs et finalement de compositeurs. Un simple produit à écouter ; éphémère. Les morceaux sont composés rapidement, nous décidons tout aussi promptement vers quelle sonorité, quelle ambiance nous nous dirigeons. Évidemment, le résultat est toujours une surprise mais rarement éloigné de nos premières intentions. The Absence c’est surtout la culture de la chanson. Chaque morceau raconte une histoire, sa propre histoire. Nous mettons en avant cette forme musicale de courte durée où la mélodie est mise en avant structurée par un enchaînement de couplets et de refrains. Nous sommes un groupe anglophone par choix, le chant est traité comme un instrument, à cette différence que celui-ci sera privilégié dans le mixage. Le Duo… Notre duo est avant tout une histoire d’amitié, Gary vit à Angoulême moi à Lyon, nous nous croisons régulièrement pour confronter nos compositions. L’instinct de jeu. Plus concrètement nous avons, en dehors de la composition commune, des domaines réservés : Gary le chant et les textes, moi une partie des arrangements et le son. De la démo éponyme de 2004 à l’album « Movie Tones » 3 ans vont s’écouler. Movie Tones Après le succès critique de notre premier opus, nous avons décidé logiquement de garder l’esprit initial pour un album. Le pari étant de faire une sélection de chansons indépendantes mais capables de s’enchaîner le mieux possible pour l’auditeur. Cet exercice fut le plus difficile car comme nous le revendiquons, nous ne voyons souvent que par les morceaux et n’envisageons jamais leur imbrication future sur un support. Les compositions furent nombreuses et le choix serré. Nous avons gardé 3 titres du précédent dont « Pristine » est le single et la pièce maîtresse. Le fil rouge de l’album c’est la voix de Gary, d’une ambiance l’autre, de l’electro de « waiting room » au shoegazing de « trauma », d’une certaine vision de la pop anglo-saxonne « the end of intellectuals » aux sonorités morriconiennes « behind the mirror ». 12 chansons, 12 ambiances, d’une même voix. Siegfried