JURY Conseil

ALAIN GOLDSTEIN

Côté Bio

Nait une première fois 

Un 17 février, en plein cœur du Marais, Renée FASS et Georges GOLDSTEIN lui offrent son premier câlin. Alain grandit ainsi, dans un calme studieux et contemplatif, entre les parties de foot et les dimanches en famille aux odeurs de paprika, de choux tziganes et de piano droit. Tout bascule un soir d’adolescence ou une guitare de tombola fait son entrée dans les mains de Georges, son père. La guitare bleu pailletée avec vibrato détrône le ballon de cuir,

Alain-le-Musicien nait une seconde fois.

Guitare, batterie, Alain, Philippe GOLDSTEIN frère de sang, Michel JONASZ frère de cœur, tous s'engouffrent dans la chambre du fond pour faire sonner les tubes de l'époque dans un vacarme glorieux et dissipé. Encouragé par les coups de balais des voisins excédés, Alain réunit quelques potes de flipper du quartier Gambetta pour monter un vrai groupe de rock : " Les LEMONS " Quelques mois plus tard, Alain et Michel disent Au revoir aux bancs de l’école et Bonjour à la musique à plein temps,

Alain-le Musicien-Artiste nait une troisième fois.

Les LEMONS se refondent, le chanteur VIGON les rejoint, et les séances de travail intensives leurs ouvrent les portes des premières tournées : Paris, l’autre côté du périphérique, la France, la Suisse, au grand bonheur des voisins à balais et du public grandissant.
Les LEMONS contribuent à “ l'Histoire du Rock' n' Roll français " par de sulfureuses soirées au Golf Drouot, à la Loco, au Bus Palladium et autres lieux d’expérimentation musicale. Le répertoire du groupe met à l’honneur les standards américains du rock et du Rythm' n blues.
Déferle alors la vague Beatles, Rolling Stones, un raz de marée musical révolutionnaire et radical, non sans conséquence : Alain met ses brassards en 68 et plonge, consentant et enflammé dans cette onde de choc pour atteindre la rive musicale des 70’s,

Alain-le Musicien-Artiste-Militant nait une quatrième fois.

Définitivement contaminé par le virus de la musique, Alain entreprend l’écriture des premières chansons avec Michel, originales et en français s’il vous plait, une nouvelle célébration de leurs autres inspirations, les hexagonales, comme Brel, Brassens, Ferré, Piaf ... Retour dans la chambre, celle de Michel cette fois, porte Brancion, face au piano droit. Soutenus, réconfortés et nourris aux " Nokedlis " de Charlotte, la maman de Michel, ils cousent, ardemment et parfois bien tard dans la nuit, leur univers sur mesure,

Alain-le Musicien-Artiste-Militant-Auteur nait une cinquième fois.

" Le KING SET " voit le jour, LEUR nouveau groupe avec LEUR répertoire musical bien à eux, ponctué de quelques reprises de James Brown, Otis Redding Sam & Dave, et surtout de LEURS premières chansons en français. Le couple GOLDSTEIN-JONASZ est consacré en 1967 avec "Apesanteur", le premier bébé 45 Tours issu de leur heureux mariage. Comme un succès n’arrive jamais seul, il sera suivi de nombreux autres, notamment " La rencontre " (texte de Pierre GROSZ) mais surtout le premier album 10 titres de Michel composé par Alain, sur des textes de Franck THOMAS et des arrangements de Jean-Claude VANNIER,

Alain-le Musicien-Artiste-Militant-Auteur-Compositeur nait une sixième fois.

Brûle alors l’envie pour Alain d’écrire son " album perso ", l’envie de recycler tout ce que ses yeux lisent dans les étoiles et ce que son cœur lit dans celui des autres, l’envie de se livrer d’avantage, cordes et âme. « MA BRAV’ DAME », SON premier album est né, alléluia.

Produit par William SHELLER, Patrick GANDOLFI et Jean pierre DOMBOY (Ketchup-Music), l’album multiplie les collaborations : celle de Michel JONASZ à la plupart des textes, de Gabriel YARED aux arrangements et à la réalisation, ainsi que celle d’une talent-tueuse équipe de musiciens, Pierre-Alain DAHAN, Jean SHULTEIS aux batteries et percussions, Denis LABLE et Patrice TISON aux guitares, Jannick TOP à la basse, Georges RODI, Michel COEURIOT, Gabriel YARED aux claviers et synthés, Claude SAHAKIAN aux manettes.

C’est dans cette productive polygamie que se réaliseront plusieurs des futurs albums de Françoise HARDY, de Michel JONASZ, de Gabriel YARED,

Alain-le Musicien-Artiste-Militant-Auteur-Compositeur-Interprète nait une septième fois.

En 1980, un nouveau raz de marée sous forme de crise mystique mène Alain à observer les O.V.N.I.S, et à en inviter certains pour fonder une communauté de vie, de rencontres et de réflexions baptisée « Le Vaisseau ». C’est à Nanterre que se pose ce vaisseau spécial, dans lequel on élargit les murs par la pensée et on arrête le temps par les rêves. Suite à une seconde cérémonie de baptême, « Le Vaisseau » devient “Nanterre Promise",

Alain-le Musicien-Artiste-Militant-Auteur-Compositeur-Interprète-Extra-Terrestre nait une huitième fois.

Nait dans la foulée SON 2ème album « ELECTRICITÉ DANS L’ÈRE », dans lequel il offre ses révoltes, ses angoisses, ses solitudes, ses envies, ses amours, ses rêves (« Entre deux eaux »,  « Nos p'tits ronrons », « Tapage nocturne »), avec toujours Gabriel YARED aux arrangements, à la réalisation et à la tête du fameux harem. Les critiques sont excellentes, l’album est soutenu par les médias, même si la distribution reste assez confidentielle.

En solitaire animé, Alain noircit des pages, dessine des blanches et des rondes pour la pub, et, sur le chemin de la création, croise la route de Laura MOREAU, comédienne et chanteuse, pour qui il écrit et compose l’album " Confidence à la minute qui passe". Hervé LEDUC, jeune musicien et arrangeur, rejoint l’aventure, accompagné de son ami et excellent musicien Philippe DRAÏ.
Les contractions de cette nouvelle équipe s’accélèrent et donnent vie à SON 3ème album, "EPIQUE ÉPOQUE",

Alain-le Musicien-Artiste-Militant-Auteur-Compositeur-Interprète-Extra-Terrestre-Reconnu nait une neuvième fois.

La chanson « Mémoire » s’impose comme référence dans cet opus qui célèbre le rêve, l’amour, l’espoir, l’horizon. Les chœurs de Michel JONASZ et Maxime LEFORESTIER dans « 40 balais » donnent écho à cette aventure qui fera son apparition sur la scène du Casino de Paris avec Yvan CASSAR, Olivier LOUVEL, Cyril ATEF, Gilles COQUARD, et tant d’autres oreilles amies.
Certaines oreilles se nommeront par la suite Michel DELPECH, Daniel LEVI, Anthony KAVANAGH, Didier GOLEMANAS (single « Always » pour Johnny HALLYDAY), SUCCETTI, William SAINT VAL, Jérôme SEBAG, Aurélie RAMEL (« Je voudrais partir »), Wendy NAZARE (« Il est mon île »), Amélie MORIN (album « ASTRAL GRAMME »), Manon ROUAS, Maricygne DI MATTEO, Sandra BECHTEL, Déborah CHARLES…

Alain ignore définitivement le principe de contraception et met au monde SON 4ème album "AINSI VA LA VIE…" fin 2007.

Dans un petit coin de Paradis du Périgord appelé SPHERE STUDIO, la famille est au complet pour bichonner le nouveau-né : Vic EMERSON et Aurélie RAMEL (arrangements, réalisation, programmations, claviers), Christophe HENIN (son et guitares), Nicolas MOLLARD (guitares), Nicolas MIRANDE (basse), Bertrand NOEL (batterie), Jean Philippe AUDIN (violoncelle), Richard SHMOUKLER et Fabien NOBLET (violons),

Alain-le Musicien-Artiste-Militant-Auteur-Compositeur-Interprète-Extra-Terrestre-Reconnu-Père de famille nombreuse nait une dixième fois.

Le couple Alain GOLDSTEIN-Michel JONASZ repart en vadrouille en 2009 pour une série de concerts, dont deux au Casino de Paris, Michel en seconde partie d’Alain, ça va de soi, ça va bien.

Encore, toujours et par moments, Alain produit, se produit, se reproduit, se transpose, se partage, s’offre, sans compter.
La nuit est large, le chemin escarpé, mais la petite étoile brille plus que jamais et donne la direction, au dessus, au loin, au mieux, au fond des âges et des langages.Les voyages artistiques continuent, à bord des musiques, des sens et des images ; l’étoile file et aime qu’on la regarde, Alain la suit amoureusement et se laisse guider vers de nouveaux projets, des projets de scène et de théâtre chanté.

En 2011, son matrimonial ami Jean Jacques SOUPLET lui présente Philippe DECLERMONT, avec qui il entame la coécriture de (probablement) l’œuvre majeure de sa carrière, « Au fil de l’autre», une fiction musicale mêlant chant, danse, marionnettes et effets très spéciaux; Nancy RUSEK intègre à son tour le harem en collaborant au visuel et à la chorégraphie, rejointe par Scott KOEHLER à la mise en scène, lui-même rejoint par Sandra BECHTEL aux dialogues et au livret, qui les aime les rejoigne.

Nous sommes en 2018.
Alain a divorcé de la Commission des Variétés de la SACEM (qu’il avait épousée en 2012) pour une nouvelle aventure avec la Commission Formation Professionnelle des Auteurs (depuis septembre 2014), puis la Commission d'Aide à l'Auto-production en 2017
Alain a commencé la gestation de SON 5ème album,
Alain a fait de nouvelles victimes consentantes pour de nouveaux chant(i)ers artistiques,
Alain trépigne d’impatience et de plaisir devant la mise en place de sa Fiction Musicale prévue pour 2018/19
Alain a changé ses lunettes et gardé son cœur d’enfant,
Alain va bien et jardine dans son laboratoire solaire,Alain-le Musicien-Artiste-Militant-Auteur-Compositeur-Interprète-Extra-Terrestre-Reconnu-Père de famille nombreuse-Poly-gamme majeur nait une onzième fois.

Et ce n’est pas la dernière, qu’on se le dise...
Sandra BECHTEL

Côté Music Sélection

C'est avec un immense plaisir que nous accueillons " Alain GOLDSTEIN  " Il nous fait le plaisir de d'assurer la fonction de JURY Conseil pour le Tremplin Chanson Française.

Actu

PRIX DU COMITE DE COEUR DE LA SACEM 2018

Merci la SACEM, merci " Le COMITÉ du CŒUR " à mes pairs qui m'ont fait l'honneur et le bonheur de me décerner ce Prix ! Vous êtes tous inscrits à jamais au " comité de MON cœur "

les Liens utiles

Le site internet de Alain GOLDSTEIN